Manifeste éléctoral 2017

La Fédération Nationale des Sourds de France interpelles les candidats aux élections présidentielles de 2017.

Manifeste électoral 2017

Le manifeste électoral est approuvé par l'Assemblée générale le 29 mai 2016

Parmi eux se trouvent 6 millions de citoyens sourds (dont 300 000 s’exprimant en Langue des Signes Française -LSF), représentés par la Fédération Nationale des Sourds de France. Soit près de 10 % de la population française. Et autant d’électeurs potentiels.

Chaque français doit pouvoir exercer sa citoyenneté à part entière, afin d’élire, en toute connaissance de cause, le ou la candidat(e) de son choix. Encore faut-il qu’il ait accès à une information suffisante, de qualité, pleine et entière, afin qu’il puisse prendre connaissance, sans barrière linguistique ou autre, du programme présenté par chacun des candidats. Dans la situation française actuelle, cette condition d’accès à l’information, n’est pas ou peu remplie pour la majorité des citoyens sourds.

Par la présente, nous soumettons à leur sagacité, un manifeste pour l’égalité des droits à l’information de tous les citoyens, que nous leur proposons de s’approprier, et de signer. Ce faisant, ils s’engageront à garantir à la personne sourde, un accès à la vie publique de son pays, et à lui assurer, comme pour tout un chacun, son droit à l’information, à la citoyenneté, et à la dignité.

Par cet engagement, ils donneront un signal fort en direction d’une minorité importante, bien présente, citoyenne et responsable. Par cet engagement, ils représenteront 6 millions de citoyens sourds. Par cet engagement, ils ennobliront leur action, et ils mettront en valeur leurs convictions.

La Fédération Nationale des Sourds de France, s’engage à rendre publique les réponses des candidats (avec ou sans signature). Elle s’engage à diffuser le plus largement possible, la liste des candidats signataires et non signataires : auprès de la communauté sourde, auprès de la population française dans son ensemble, via les newsletters, les membres affiliés à la FNSF, les associations, les réseaux sociaux, etc. Et bien évidemment, elle communiquera également ces résultats à la presse, par tous les moyens à sa disposition.

Cette démarche s’inscrit dans un souci de démocratie, de justice, d’égalité, d’équité, et de solidarité nationale. Nous sommes convaincus que les candidats prendront toute la mesure, et nous comptons par conséquent sur leur compréhension, et sur leur soutien.

Pour des questions d’organisation et d’efficacité, leur réponse (matérialisée par la signature du manifeste ci-joint) est attendue pour le 28 février, date limite que nous nous sommes fixés avant de considérer l’absence de réponse comme un refus. Les résultats seront rendus publics dès le 1er mars.