L’histoire de la Fédération

Le 30 novembre 1834, le premier banquet Silencieux a été organisé par Ferdinand BERTHIER et Alfred BOCQUIN qui sont eux-mêmes sourds, à l’occasion du 122ème anniversaire de la naissance de l’Abbé de l’Épée. Cette tradition continue d’être honorée dans presque tous les pays d’Europe et aux États-Unis.

A cette époque, de nombreuses associations, notamment régionales, se créent. On notera un comité de défense des sourds-muets, une société centrale, une société d’assistance, une société centrale d’éducation et d’assistance, une société universelle et bien d’autres.

La culture des sourds commence à se répandre. Le monde associatif des sourds s’organise mais les difficultés financières rencontrées bouleversent souvent ces associations encore fragiles et créent des conflits qui provoquent un enchaînement de créations et de disparitions d’associations.

Malgré la décision du congrès de Milan (1880) de ne pas utiliser la Langue des Signes dans les écoles, les sourds continuent à se regrouper. La Langue des Signes se transmet d’une génération à l’autre grâce aux jeunes sourds qui sont principalement en internat et qui continuent à s’exprimer en signes en se cachant du regard des entendants par peur de la punition.

Au fil des ans, les adultes sourds tentent de créer une fédération mais sans succès jusqu’en 1893 d’où le mouvement commence :

1893

Le premier regroupement des associations de sourds en France.

1897

La Fédération des Sociétés Françauses des Sourds-Muets a été déclarée auprès du ministère de l'Intérieur, elle a été remaniée en 1933 sous la présidence de Mr Eugène Ruben-ALCAIS.

1937

La Fédération avait 265 sociétés adhérentes, représentants plus de 8500 membres.

1949

Après la seconde guerre mondiale, la fédération continue, malgré de la création d'une autre organisme : Union Nationale des Amicales d'Anciens Élèves des Institus de Sourds de France

1955

Avec l'arrivée d'une nouvelle rivalité de cette fédération, le Comité National de Coordinationb des Sociétés Silencieuses de France et d'Outre-Mer...

1959

Avec une insuffisance d'union et de coordination chez la Fédération des Sociétés Française de Sourds-Muets, elle disparaît.

1963

Le Comité National de Coordination modifie ses statuts et devient "Fédération Nationale des Associations de Sourds de France". Cette idée d’une fédération unique et plus représentative ne fut pas abandonnée pour autant.

1964

Une table ronde réunit, le 28 et 29 octobre à l’INJS de Paris, les représentants de l’Union des Amicales, ceux de la Fédération Nationale des Associations de Sourds de France et la Fédération Sportive des Sourds de France pour étudier les modalités d’une fédération unique. Elle fut suivie d’autres réunions en février et novembre 1965, ainsi qu’en janvier 1966.

1966

Un accord fut conclu et l’on se mit d’accord sur une Confédération Nationale des Sourds de France (CNSF). Un bureau provisoire fut composé. Le 8 septembre de la même année, les statuts de cette confédération furent acceptés et les démarches furent faites pour leur dépôt à la Préfecture de Police de Paris (10 octobre) sous le N° 66-1303 et la Déclaration au Journal Officiel (26 octobre).

br> Cette Confédération regroupait alors : – la Fédération Nationale des Associations de Sourds de France – l’Union Nationale des Amicales des Institutions des Sourds de France – la Fédération Sportive des Sourds de France

1970

La Fédération Sportive des Sourds de France se retire du Comité National pour des raisons de relations avec son ministère de tutelle (Jeunesse et Sports), alors que le Comité National était sous celle du ministère des Affaires Sociales.

1971

La CNSF avait l’honneur d’organiser, à Paris en août, le 6ème Congrès de la Fédération Mondiale des Sourds. Ce fut alors le point de départ pour des activités nationales plus étendues.

1972

L’Union Nationale des Amicales et la Fédération Nationale des Associations de Sourds décidaient leur dissolution pour ne former qu’un seul groupe à la CNSF.

1976

Les membres de l’UNESCO, branche de l’ONU, constatèrent que les sourds français manquaient d’une instance culturelle.
La CNSF a obtenu l’agrément du Ministère de la Jeunesse et des Sports comme Fédération d’Éducation Populaire.

1982

Par décret du 24 septembre 1982, la CNSF obtient l’agrément d’association reconnue d’utilité publique.

1985

Le Secrétariat régional de la Communauté Européenne de la Fédération Mondiale des Sourds, dite aujourd’hui European Union Deaf (EUD), est créé. La Confédération Nationale des Sourds-Muets de France y est affiliée.

1987

La CNSF devient la Fédération Nationale des Sourds de France telle que nous la connaissons aujourd’hui. Elle se bat pour l’amélioration de l’éducation (enseignement supérieur), la reconnaissance de la Langue des Signes, le développement de l’interprétariat, des sous-titrages, de la culture (art, théâtre, etc.)

1994

Jusqu'en 1996, la FNSF propose diverses formations dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’histoire des sourds, des services aux associations adhérentes, du service social et juridique.

1997

La FNSF subit une crise financière et économique.

1998

La création de deux projets importants de la FNSF : – la Charte des Droits du Sourd : qui a pour objectif d’améliorer la vie quotidienne des sourds en leur permettant d’être reconnus citoyens à part entière. – le futur réseau de la FNSF « PROVAS » : création d’antennes régionales.
La FNSF a un dépôt de redressement judiciaire auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris, tandis qu'elle a donnée une approbation officielle des statuts à l’Assemblée Générale Extraordinaire du 30 octobre à Grenoble.

2001

Comme un juste retour des choses, la FNSF organise le premier gala en décembre pour rendre hommage aux valeurs et aux qualités de son fondateur, Ferdinand Berthier.
La FNSF crée trois secteurs importants : secteur "Droits des Sourds", secteur "Information & Communication" et secteur "Patrimoine culturel".

2002

Création des 5 Plans d’Actions (Opération «Solidarité Sourde» ; Gratuité totale d’Interprétation ; Action AEPH 2003 ; Projet Fondation Sourde ; Etude Statistique LS et Charte LS). Le 4ème secteur "LSF/éducation" a été également créé.

2003

La FNSF lance le projet de création du site WebSourd qui verra le jour en 2003.

2004

Le secrétaire général de la FNSF a bien déposé avec brio la proposition sur la reconnaissance officielle de la LSF auprès de M. Serge VINCON, vice-président du Sénat, le 20 février 2004 à Montargis (Loiret), qui a été votée, le 1er mars lors de la 1ère lecture du projet de loi des handicapés au Sénat.

2005

Le Président de la République Française M. Jacques CHIRAC a promulgué la nouvelle Loi n°2005-102 du 11 février 2005 (L’EGALITE des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées) tendant à reconnaître la reconnaissance officielle de la Langue des Signes Française (LSF).

Le 5ème secteur « Etudiants Sourds de France » a été adopté à l’Assemblée Générale de la FNSF, à Angoulême.

Le Sommet méditerranéen et européen des Sourds a connu le brillant succès avec la participation d’environ de 900 à 1000 participants, à Montpellier.

2006

La place vacante au CNCPH est enfin obtenue, la célébration du 40ème anniversaire de la fondation de la FNSF a été également organisée.

2007

Le plan structurel d’organisation "Grande Famille Sourde" est adopté de principe à l’Assemblée Générale de la FNSF à Orléans.

2008

Le projet du Conseil Supérieur de la Langue des Signes a été approuvé à l’Assemblée Générale Exordinaire de la FNSF à Villeurbanne, le 28 novembre.

2009

3000 participants ont marché au rassemblement national à Paris sous l’égide de la Journée Mondiale des Sourds, le 26 septembre.

2010

La Convention Internationale des Droits de Personnes Handicapés a été ratifié et décrété le 1er avril 2010, cette convention marque l’égalité entre le français et la Langue des Signes française.

2011

Mobilisation contre l'ultra-précocité du dépistage de la surdité, un long combat mené par la FNSF depuis mai 2010.

2012

L'année est consacrée au tricentenaire de la naissance de l'Abbé de l'Epée. Un Congrès national dédié au patrimoine, une Journée Mondiale des Sourds rassemblant plus de 6 000 participants, une Conférence Internationale de trois jours, et enfin un Banquet Gala international à son anniversaire. L'année, surtout le mois de novembre était pleins d'évenements...

2013

Une marche historique a été effectuée par l'équipe d'OSS 2007, de Paris à Milan. Elle revendique le pardon de l'Etat, l'inscription de la LSF dans la Constitution, la création de l'Obsertavoire des Affaires Sourdes.

2014

Expérimentation du Centre-relai téléphonique lancée pour un an, par le Ministère des Affaires Sociales. Un pas vers l'accessibilité téléphonique.

2015

Congrès Mondial des Sourds à Istanbul : la FNSF est désignée comme organisatrice du Congrès Mondial des Sourds 2019 à Paris. Une fierté pour la France.