Utilisation du rapport Diagnostics et préconisations : les sourds et les entendants au travail

La publication du rapport “Diagnostics et préconisations” est un succès pour les professionnels, les étudiants, les chercheurs mais visiblement, ce rapport n’attire pas à l’attention des salariés sourds qui ont des soucis avec leur entreprise.
Peut –être que le nombre de pages (97 pages) dissuade les lecteurs potentiels. Mais il faut savoir que ce rapport est conçu pour que chaque chapitre puisse être lu indépendamment des autres en fonction des intérêts de chaque lecteur.
Concernant les entreprises, le chapitre 5, qui ne compte que 4 pages, offre un guide afin de comprendre la situation. Si le lecteur , un DRH, par exemple, souhaite découvrir davantage le monde des sourds, il peut suivre les liens présents dans le chapitre pour en apprendre plus, par exemple, sur la surdité, détaillée dans le chapitre 2.Pour comprendre les problèmes “classiques” de la relation entre les sourds et les entendants, on en propose une analyse complète s’appuyant sur des recherches scientifiques et sociologiques dans le chapitre 3.
Le chapitre 9 est un peu spécial car il évoque exclusivement les actions de sensibilisation. En effet, la commission Discrimination a constaté que les entreprises proposant ce type d’actions contribuant ensuite parfois à l’aggravation des problèmes relationnels entre salariés sourds et entendants. Par exemple, l’évocation du Congrès de Milan ou des souffrances des salariés sourds peut provoquer de la pitié ou de l’angoisse de la part des salariés entendants. Or, ces sentiments ne régleront rien dans la relation avec le salarié sourd.

En pratique, si vous avez un souci, lorsque vous échangez avec le DRH ou le chef, vous pouvez leur montrer le rapport, notamment le chapitre 5 qui s’adresse aux entreprises. Grâce à cette lecture, ils découvrent peu à peu sur le monde des sourds, les conditions de travail des salariés sourds. Si l’entreprise fait appel à un prestataire qui réalisera maladroitement une prestation de sensibilisation, vous pouvez utiliser le chapitre 9 pour expliquer qu’une autre prestation répondra mieux aux besoins des salariés sourds et entendants.

La commission met petit à petit à jour le site de la FNSF : les informations sur les droits des salariés sourds, notamment les extraits de lois qui correspondent aux besoins des salariés sourds, sont régulièrement actualisés.
En ce qui concerne les prestations de sensibilisation, la commission Discrimination espère établir une liste des entreprises recommandées mais il y a des soucis au niveau de la procédure et de la validation de cette liste. Cette question sera étudiée au cours des prochaines années en fonction de l’avancement des enquêtes et des résultats mais le rapport présente déjà les critères préconisés pour faire le bon choix de prestataire.
La commission espère que ce rapport vous servira de nouvel outil pour la réussite de l’inclusion professionnelle. Dans cette perspective, il se veut être au service des sourds comme des entreprises.