Étudiante sourde en 1ère année de BTS génie optique photonique

A la fin du mois d‘août 2007, la réunion pédagogique a lieu avec le proviseur adjoint , mon père, ma belle-mère et moi au lycée Déodat de Sévérac de Toulouse.

Pourtant, mon proviseur adjoint avait l’esprit plutôt fermée donc elle n’est pas du tout capable de m’aider un peu à trouver une solution…Je lui ai expliqué plusieurs fois que malgré ma surdité de naissance, j’ai besoin d’une aide spécifique en cours notamment la présence d’une interprète. En effet, depuis mon enfance, j’ai l’habitude de bénéficier de cet aide donc j’ai réussi à franchir les portes au brevet des collèges et puis au baccalauréat scientifique spécialité physique-chimie.

Ensuite, d’après la loi du handicap 2005, le proviseur adjoint devait avertir d’abord l’accueil d’une élève handicapée auditive dans son établissement scolaire au Rectorat de Toulouse pour que je sois reconnue élève sourde sur le dossier scolaire.

Pour cela, elle n’a fait aucune information sur ma situation au Rectorat depuis le mois de septembre 2007.

Un mois plus tard, je me demande pourquoi je n’ai pas d’interprète en cours…Alors je suis allée voir le service d’interprètes « INTERPRETIS » donc une interprète a essayé de m’aider au minimum, et elle a contacté au Rectorat immédiatement. Le Rectorat a été très surpris par rapport à mon dossier scolaire et il n’était rien au courant de ça.

Il m’a dit que le proviseur contacte le rectorat obligatoirement afin d’organiser les horaires d’interprétation. Même mon interprète a téléphoné à mon proviseur adjoint plusieurs fois pour lui donner un conseil important à propos de mon dossier scolaire mais ce proviseur adjoint est occupé. Alors son collègue de travail a pris des notes pour lui …

En conséquence, elle ne l’a jamais appelé depuis ce mois-là.

Au fait, j’avais l’impression d’avoir une interprète pour les matières en difficultés comme l’électronique, le français , les physiques appliquées etc.…Malheureusement, cela s’est mal passé en formation car je me suis vraiment noyée en cours..Même le professeur particulier est venu travailler avec moi à la maison ou à la médiathèque deux fois par semaine, c’était vraiment difficile pour moi de comprendre les physiques appliquées et l’électronique sans voir les images gestuels par exemple la traduction faite par une interprète en Langue des signes françaises…N’oubliez pas que j’ai un double travail au retour chez moi le soir…Il en résulte que je n’arrivais pas à me décrocher mes études à cause du gros vocabulaire technique et scientifique….

Avant, mon rêve principale était de devenir ingénieur en optique.

De plus, j’ai essayé de contacter au moins d’une vingtaine d’entreprises pour le stage à la fin de cette année pendant sept mois. Pas de réponses positives à cause de ma surdité !!!

C’est mieux pour moi d’abandonner ces études juste au début du stage, de trouver un emploi saisonnier pour trois mois, et de m’orienter vers la formation de BTS comptabilité et gestion des organisations en alternance à la rentrée prochaine…

Je trouve que c’était très dégoûtante cette situation..J’aurais pu imaginer ce qui se passe entre les étudiants sourds en BTS…

Il faudrait que l’on trouve une solution adaptée à ces étudiants en débloquant la loi du handicap 2005 dans certains établissements scolaires et aussi les entreprises pour le stage…J’espère que les étudiants sourds peuvent avoir leur métier de rêve même si ça ne sert rien à voir avec la surdité.